Registre numérique de concertation

Consultez tous les avis sur la DEM

Durant la période de concertation de la Déviation Est de Montpellier, les remarques, avis ou suggestions sur le projet sont publiés régulièrement dans cette rubrique. Les messages d'insulte ou de diffamation, les messages à caractère raciste ou incitant à la violence ou à la haine ont été exclus.

124 avis

Mis en ligne le par Fournier

Mauguio le 09/07/2019 Concertation publique DEM

Le nouveau SCOT du Pays de l’Or (voté en conseil d’agglomération le 25 juin 2019) préconise la protection de zones agricoles et notamment des zones classées ou labellisées, ce qui est le cas des "coteaux de la Méjanelle", seuls vignobles AOP/AOC de cette intercommunalité à dominante agricole. Dans l’enquête publique du SCOT du Pays de l’Or, il y avait 5 tracés différents mis à l’étude pour la DEM (Déviation Est de Montpellier), et non pas deux comme proposés aujourd’hui.

Lors de l’élaboration du SCOT du Pays de l’Or, dans le porté à connaissance réglementaire réalisé par la DDTM 34 et adressé par Monsieur le Préfet de l’Hérault au président de Pays de l’Or Agglomération le 4 juillet 2016, on peut lire ceci :

page 166 « Le département de l’Hérault a connu en 10 ans une hausse d’artificialisation des sols de 15 %, un des taux les plus élevés de France. Cela représente 10 300 ha principalement concentrés dans la zone littorale. Cette consommation d’espaces agricoles et naturels, intensive ces dernières décennies, et à des niveaux jamais observés auparavant, conduit à des transformations rapides des paysages, des circuits de production agricoles, d’une hausse des risques d’inondations due à imperméabilisation massive des sols, de perte de biodiversité et de coupure dans les corridors de la trame verte et bleue. »

P 173 du même document « Le SCoT compte une AOP viticole : la Méjanelle (AOC Languedoc). L’aire de production concerne les communes de Mauguio et Saint-Aunès sur l’agglomération du Pays de l’Or et les communes de Montpellier et Castelnau-le-Lez sur la métropole 3M. La loi d'avenir du 13 octobre 2014 et la modification du code de l'expropriation imposent dorénavant une procédure plus contraignante pour artificialiser des zones sous signe AOP (travaux linéaires, routes, urbanisation...) : avis de l'INAO et du Ministère de l'Agriculture, avis conforme de la CDPENAF. ».

Nous noterons que les AOP des Coteaux de la Méjanelle ont déjà été très impactés par les deux autoroutes A9 et A709 et par la ligne LGV.

Aujourd’hui le département de l’Hérault en sa qualité de maître d’ouvrage du projet, à la grande surprise générale, soumet à la concertation publique le choix entre deux tracés seulement. Deux tracés qui impactent lourdement les AOP des « Coteaux de la Méjanelle », deux tracés qui proposent un même échangeur sur l’A709, sur les vignes du château Ministre. Il est utile de rappeler ici que le Château Ministre vient de perdre 7,5 hectares avec le doublement de l’autoroute A9 alors même que cette entreprise agricole a fait de gros efforts environnementaux avec une culture en conversion biologique labellisée AB, le développement de la vente directe à la propriété et la diversification de ses activités avec notamment un restaurant à la propriété.

Plusieurs autres domaines des Coteaux de la Méjanelle ont pris de gros engagements environnementaux, au prix d’investissements et de baisses de rendements, tels que le Mas de Calage, le mas Trinquier, Domaine Décalage, qui sont eux aussi en agriculture biologique labellisée AB et impactés par le projet DEM tel que proposé par le département de l’Hérault.

Sur un plan géologique le terroir des coteaux de la Méjanelle est une particularité exceptionnelle dans cette plaine agricole, c’est le seul relief avec ses galets roulés venus du fond des âges.

Sur le plan de la biodiversité et de la qualité des paysages, les coteaux de la Méjanelle sont sur la ceinture verte de la ville de Montpellier, un site où l’on se promène, un site pour les joggeurs et les cyclistes, où l’on s’oxygène à partir de Grammont dans des circuits sur les chemins de vignes d’où l’on voit la mer au sud et le pic Saint Loup au Nord.

Sur un plan technique et financier, pour les deux tracés soumis à la concertation, les pré-études paraissent très floues et peu abouties :

- Les surfaces qui seront prélevées à l’agriculture sont très imprécises et l’on peut affirmer que les chiffres annoncés (45 hectares environ) sont très en deçà de la réalité car ils sont fondés uniquement sur l’emprise foncière de la voirie. Il n’est fait aucune mention des bassins de rétention, des bassins de récupération des eaux pluviales, des voies de dessertes des parcelles qui seront enclavées par la coupure, des parcelles qui seront abandonnées car enclavées ou rendues trop difficiles d’accès pour les agriculteurs...

- Le prix envisagé pour l’achat des terres classées en AOP (500 000 euros annoncés) est très largement sous-évalué tant pour le simple prix au mètre carré que pour la surface de terres à acheter. La réalité sera plus proche d’une fourchette entre 1 200 000 et 1 500 000 euros. A ce prix il faudra rajouter le coût des compensations/dérogations liées à la loi de 2014 sur la protection des AOP et AOC. On peut donc affirmer que lorsqu’il y aura enquête agricole, le budget prévisionnel du projet tel que présenté sera remis en cause et très largement revu à la hausse.

- L’emplacement de l’échangeur sur l’A709 paraît improbable. Quand on connaît la longueur des bouchons sur la sortie 29 dans le sens est-ouest, il impossible de se dire que l’on va créer une entrée et une voie d’accélération à cet endroit où elle va s’enchevêtrer immédiatement avec le bouchon de la sortie 29.

- Quel impact économique et culturel pour l’agglomération du Pays de l’Or ? L’agriculture représente un fleuron de l’économie du Pays de l’Or, 4è bassin d’emploi de l’Hérault. L’agriculture y représente 1200 emplois équivalent temps plein. Les coteaux de la Méjanelle sont un élément important de l’économie agricole du Pays de l’Or pour son activité très dynamique en plein essor, pour l’image de marque et la plus-value qu’ils apportent à tout le territoire, pour le développement de l’agri-tourisme, pour l’exemple d’une agriculture de haute qualité environnementale.

- Quel impact sur notre consommation ? Artificialiser des sols productifs et rentables pour ensuite augmenter les importations de produits agricoles ?

- Quel impact culturel pour ce terroir qui est une part des « Grès de Montpellier ». Que reste t'il du patrimoine viticole au sud de Montpellier ? La plaine littorale a été ces dernières années entièrement artificialisée. Les grands domaines séculaires de Lattes et de Pérols ont disparu sous le béton et le bitume. Ce patrimoine qui est l’image de notre territoire est t-il voué à sa totale disparition ?

Pourquoi ce projet ?
Avec des impacts aussi importants et un coût aussi élevé, sur quelles études est fondé ce projet ?

Ce dossier est vieux de 25 ans et depuis cette époque beaucoup de choses ont changé et notamment il y a eu une démultiplication des infrastructures au sud de Castelnau et du Crès, le lien avec l’A709 depuis Jacou, Clapiers, et Vendargues à l’EST, la rénovation de l’échangeur 28, et malgré toutes ces infrastructures et la déviation de l’A9 la non résolution des problèmes des entrées et sorties sur l’A709.
Prétendre vouloir faire entrer 30 000 véhicules jour sur l’A709 à cet endroit est une méconnaissance des problèmes liés à l’échangeur 29. Quel serait ce flux, d’où viendrait-il et pour aller où ? Est-il encore pertinent de nos jours de vouloir rajouter des périphériques aux périphériques, de vouloir investir sur de plus en plus de déplacements, de plus en plus d’automobiles ?
Est-il encore pertinent de nos jours de vouloir réduire encore la ceinture verte de Montpellier ? Jusqu’à quand, jusqu’où ? jusqu’à ce que l’on soit obligé d’y vivre avec des masques sur le nez ?

La priorité pour ne pas dire l’urgence serait de repenser radicalement les accès à l’A709 au niveau de l’échangeur 29 (Zénith). Une grande part des difficultés d’accès à l’A709 vient de cet échangeur qui n’en est pas un. Les accès à l’A709 depuis Castelnau et le Crès via les BD Philippe Lamour, Becquerel et Einstein sont à repenser et à intégrer à une rénovation de l’échangeur 29.

En conclusion :
La Fabrique Citoyenne du Pays de l’Or et ses élus sont opposés aux deux tracés soumis à la concertation de la DEM et demandent :
- des réponses à toutes les questions posées et à toutes les études manquantes;
- demandent une étude précise, détaillée, et actualisée qui justifie le fondement d’un tel projet ;
- demandent une étude d’impact sur la fluidification de la circulation en repensant intégralement l’accès à l’A709 au niveau du Zenith en y intégrant les flux venant de Castelnau et du Crès depuis les boulevards Philippe Lamour, Bequerel et Einstein ;
- demandent qu’en tout état de cause les vignobles des coteaux de la Méjanelle soient protégés par tout projet de nouveau tracé.
Je reprends par là le texte de la Fabrique Citoyenne de Mauguio, texte auquel je souscris complètement.

Jean-Luc Fournier

Mis en ligne le par Anonyme

Contournement option Est.

Mis en ligne le par Anonyme

Option Est souhaitée.

Mis en ligne le par LLINAS

Bien sûr il faut trouver des solutions pour désengorger la zone du Zénith.
Mais pourquoi s'obstiner à garder le tracé Ouest ? Quel en est l'intérêt collectif ?
Le champion des contraintes ! 20 Habitations avec obligation de murs anti- bruit, 12 petites exploitations agricoles, des milieux naturels, hydrologie, contournement, dénivellements, remblais...

Quand au tracé 0, il est inquiétant de voir qu'il puisse même être envisagé !

Mon choix sera la variante Est qui me semble la plus raisonnable.

Emménager des réseaux cyclables dans les rues transversales : Rue du Mas de Calage, rue Des Marels vers St Aunès, Mauguio me semblerait une bonne décision, cohérente avec l'écologie et l'environnement.

Cordialement.

Mis en ligne le par Enri

Je suis contre ce projet qui impacte fortement notre environnement. Je souhaite que vous étudiez de nouveaux tracés qui n'impacteront pas des terres arables à fort potentiels.

Mis en ligne le par Fachon

Je ne crois pas me tromper en affirmant que les prémices de ce projet datent de 95/96.
En plus de 20 ans, notre société et nos consciences ont profondément changé, tout comme ce que le citoyen attend d'un élu.

Aujourd'hui, personne n'est prêt à entendre que si l'on ne trouve pas de solutions, pratiques, économiques, écologiques et pertinentes, c'est parce-que les élus (Métropoles, Département), ne sont pas prêts à travailler de concert pour le bien de tous.
On s'obstine alors à vouloir voir aboutir un projet complètement obsolescent, écologiquement meurtrier, plutôt que de se dire : « Ok, nous n'avons pas maîtrisé l'urbanisation galopante de la Métropole, nous avons concentré l'activité économique sur certaines zones (Millénaire et Odyséum en particulier), en ayant oublié d'étudier en amont les flux que cela engendrerait ». Cette concentration est sur le point de se renforcer (Zone Eurêka).

Il serait donc peut-être grand temps de se poser les bonnes questions.
Est-ce que l'on persiste et signe dans nos erreurs et manque de concertation entre les différentes collectivités, ou l'on prend le temps de repenser tout le système, avec un vrai projet global adapté aux besoins de demain ?
A l'heure ou le monde entier subit les conséquences climatiques de nos vieilles politiques urbanistiques, il est grand temps d'être innovant et de se dire : comment puis-je faire pour limiter l'utilisation de la voiture tout en préservant les zones d'oxygène et de fraîcheur ?

1 – En donnant accès au tram au plus grand nombre (comment est-ce possible que la zone Millénaire Grammont, n'y soit pas encore reliée ?).

2 – En développant les pistes cyclables sécurisées.

Ceux qui utilisent encore la voiture n'ont pour la plupart pas d'autre choix... Offrons leur ce choix !
Plutôt que de gaspiller 60 millions d'euros dans un projet qui risque au mieux de ne rien changer, au pire d'aggraver les choses et même de rendre la circulation dangereuse (imaginez deux sorties d'autoroutes à quelques centaines de mètres d'intervalle : hésitation, coup de frein, sorties intempestives...), il serait possible de fluidifier la circulation actuelle par des choix simples, efficaces et bien moins onéreux :
- Rond point devant le zénith,
- Avenue Albert Einstein à double sens,
- Agrandir le Boulevard Philippe Lamour en supprimant le terre plein central,
- Repenser le chemin de la vieille poste
etc...

Si malgré tout, vous vous obstinez dans votre choix, le choix de la variante Est me paraît un peu moins catastrophique dans la mesure ou il épargne la vie des riverains, les jardins ouvriers, les usagers du parc de Grammont, ceux du centre équestre, les clients de l'hôtel de Verchant et toutes les personnes qui viennent du millénaire entre 12h et 14h, faire le plein d'oxygène.

La largeur du tracé aurait également besoin d'être revue... pourquoi envisager une deux fois deux voies à 90km/h avec bandes d'arrêt d'urgence quand la majorité du contournement de la Métropole est à deux fois une voie à 70 km/h ?

Mis en ligne le par Richard C

Après deux réunions publiques et une lecture des différents documents, ce projet soulève de nombreuses questions :
Concernant le raisonnement qui conduit à ce projet. Tout semble basé sur une logique de TOUT VOITURE, avec des projections de plus de 30 000 véhicules jours sur la DEM. Ce projet se limite à accompagner ce trafic automobile (tout en étant conscient que si les bouchons ne seront pas présents sur ces 2 kms, ils le seront avant et après). Ce projet ne propose et ne favorise aucune alternative sérieuse au déplacement en VL.
Vous pourriez préciser quel gain en temps représente cet aménagement par rapport à la situation actuelle (en distinguant les personnes en transit et celles venant de Castelnau ou du Cres depuis le giratoire de la RD613) pour apprécier l'efficacité de cet investissement important.

Concernant les alternatives au mode de déplacement en voiture, dans ce projet, il semble y avoir des bonnes intentions mais rien de concret et de budgété :
- Il est évoqué un « accès direct au pôle multimodal de Sablassou » (p15), il est représenté un plan p49 avec des flèches entre le giratoire P.LAMOUR et le PEM de Sablassou, mais à priori rien ne serait concrètement prévu au titre de ce projet ? Il s'agirait d'autres projets à venir : lesquels, quand ? Donc est-ce que ce projet facilitera ou non l'accès au pôle d'échange multimodal ?
- Il est évoqué la réalisation de cheminement doux depuis le boulevard P. LAMOUR jusqu'au domaine de GRAMMONT, mais aucun tracé précis n'est présenté (du même niveau de précision que pour la 2x2 voies), aucune emprise à acquérir, et aucune réponse concrète apportée en réunion sur ces aménagements ? Quel est le budget prévu ? Où seront réalisés les aménagements correspondants au profil en travers présenté p49 ?

Pour les usagers de Castelnau-le-lez et du Cres, l'aménagement du carrefour RD613 va aggraver la situation et dégradera les conditions de circulation : Il est proposé un aménagement comprenant la suppression de l'actuel giratoire, la création d'un passage surélevé avec 4 bretelles connectées à la RD613 et reportant ainsi les échanges sur les deux petits giratoires existants de par et d'autre de l'actuel qui disparaît. Cela va augmenter le trafic sur les deux giratoires existants (celui devant l'accès à l'Aube Rouge et traversé par le Tram à Castelnau et celui devant le magasin Biocoop au Crès). Cela a été confirmé par les services techniques lors des réunions. Pourriez-vous évaluer et quantifier cet impact (trafic, temps) ? L'étude de trafic ne se base pas sur le même aménagement : elle maintient, semble-t-il, un giratoire au croisement entre la DEM et la RD613 (voir p74 et suivantes de l'étude de trafic). Cela permet de ne pas reporter sur les deux autres petits giratoires les trafics d'échanges entre la DEM et la RD 613. N'est-il pas nécessaire de revoir l'aménagement proposé dans le dossier de concertation en cohérence avec l'étude de trafic ?
En fonction des heures, les bouchons se créent non pas au niveau du giratoire entre la DEM et la RD613 mais au niveau des deux autres giratoires. Cela risquerait d'être catastrophique et même de bloquer le tram !

Enfin sur le plan écologique, ce projet dévaste un espace naturel et viticole au porte de la ville.
Ce projet a plus de 30 ans et cela se voit. Je crains qu'il n'apporte rien ou si peu....
La solution viable serait, à mon sens, d’offrir des alternatives crédibles et efficaces aux déplacements en VL : réelles offres de TC, PEM correctement dimensionnés et efficacement connectés, pistes cyclables et modes doux, aires de covoiturage sécurisées, aires de stationnement de vélo, etc…
Si la politique menée pouvait permettre de réduire le nombre de VL sur les routes, alors les temps de déplacement seraient réduits, la santé des usagers et riverains améliorée et la nature préservée…

Mis en ligne le par la fabrique citoyenne du pays de l'Or Bourguet

L'association La Fabrique Citoyenne du Pays de l'Or, après étude du dossier se prononce contre les deux tracés mis à concertation publique. Veuillez trouver ci-joint notre argumentaire et les questions auxquelles nous n'avons pas trouvé de réponse dans le dossier présenté.

Daniel Bourguet, président de l'association, conseiller municipal et communautaire de Mauguio Carnon.

Mis en ligne le par Fruytier

Pas de 2X2 voies, rester sur 2x1 voies.

Murs anti-bruit obligatoire.

Piste 2 roues/vélo.

Vitesse limitée à 70KM/h.

Roland Fruytier

Castelnau le lez

Mis en ligne le par CSM

Aucune de ces 2 propositions ne me convient en effet :
Je trouve que la largeur de cette route est énorme et que cela dégradera complètement ce coteau viticole dans lequel s’ébat encore une faune sauvage.
Les routes existantes qui partent ensuite de cette extension sont étroites, alors pourquoi en prévoir une si large ? Pourquoi prévoir du 90 km/h alors que 70 suffit largement car sur une longueur de 2 kms, cela représente une durée du temps de parcours de 80 secondes à 90 km/h et de 102 secondes à 70.
Je trouve inadmissible de passer là où vous avez prévu alors qu’il y a un grand terrain vague à côté du cimetière et que plus loin il est possible de continuer en élargissant un peu les chemins existants et en faisant des merlons avec des arbres plantés dessus afin de rendre une vie moins désagréable aux riverains qui sont là depuis longtemps.
Je ne comprends pas non plus pourquoi la route qui arrive des villages plus au sud, comme Les Garrigues, Mauguio et Candillargues, n’est pas raccordée à cette DEM.

Mis en ligne le par Anonyme

Il me semble en effet nécessaire de réaliser une route qui permette de désengorger le secteur très encombré du Millénaire.
Mais pourquoi faire une route si large 2x2 voies ?
Et quelles sont les raisons fondées du choix de la variante Ouest par rapport à la variante Est ?
La variante Ouest impacte 25 habitations, des petits viticulteurs, les jardins ouvriers et le site de Grammont, qui est un poumon vert de la ville. Elle est aussi la plus chère, la plus longue, nécessitant plus d'ouvrages d'art et de murs anti-bruit (1 Millions d'€ par 200 m !).
Pour ma part, j'opte pour la variante Est, qui est la moins impactante, la moins chère, la moins accidentogène et la plus respectueuse de l'environnement.
Dans ces conditions, pourquoi n'est elle pas mise plus en avant dans votre étude ?

Mis en ligne le par CONTE

Cette déviation va détruire une des dernières zones sauvages, détruisant encore plus ce qu'il reste de bio diversité aux alentours de Montpellier. De plus, les jardins ouvriers qui sont là depuis des années, permettent à des citadins de cultiver sainement. Cette 2x2 voies va générer bruit et pollution sur ce coin de paradis qui doit demeurer pour le bien commun à une époque où l'environnement semble être devenu une priorité. Je suis donc totalement contre.

Mis en ligne le par TEZIER

Voici mes remarques :

• Il me semble anormal qu’il n’y ait pas une entrée et une sortie de ce projet en direction de MAUGUIO, car des voitures utilisent les petits chemins qui ne sont pas fait pour ce trafic principalement le matin et le soir.

• Est-il bien utile d’avoir 2 voies dans chaque sens et une bande d’arrêt d’urgence ?

• Je pense que 2 voies peuvent être suffisantes surtout qu’à l’autre bout c’est le cas.

• Pourquoi allez vous encore modifier des ronds-points existants, il suffit de s’y raccorder et passer dessus avec une voie, car vers le Millénaire il n’y a du trafic routier que le matin aux ouvertures des bureaux ? Vers Sablassou sur la 113 il y a le tram qui traverse juste après et donc c’est cela qui perturbe. Vers Jacou il n’y a qu’une voie ainsi que vers Clapiers.

• Pour un véritable échange multimodal, il faudrait des parkings, il n’y en a déjà pas assez pour les habitants du secteur Sablassou.

• Planter des arbres dépollueurs de chaque côté avec une limitation à 70 ou 50, ce qui fluidifierait la circulation et baisserait la pollution, OBJECTIF NATIONAL.

• Je ne suis pas pour la solution OUEST, encore moins pour la solution EST, mais plus pour une solution proche du Zénith.

• Pourquoi ne pas traverser l’espace du futur cimetière ainsi qu’un terrain de foot car en principe il y aura d’autres terrains avec le nouveau site du MHSC ?

• Pourquoi déranger des habitants dans ce coin encore tranquille de la banlieue de Montpellier ?

• Pourquoi arracher des vignes alors que l’on a besoin de poumons verts et d’espaces agricoles ?

• Pour la proximité avec l’échangeur du Zénith, pourquoi ne pas scinder l’A709 en deux à cet endroit (ceux qui vont tout droit à 90 et ceux qui veulent sortir aux 2 endroits Mtp EST et DEM à 70) si le but final de ce dédoublement, qui a déjà bien endommagé l’esthétique environnemental de ce secteur, a pour destination de devenir une rocade sud de la métropole ?

Mis en ligne le par ADRFRE

Veuillez trouver ci-joint un courrier au Président du Conseil Départemental de l'Hérault, précisant la position de l'ASSOCIATION DE DÉFENSE DES RIVERAINS DE LA FUTURE ROCADE EST sur ce dossier.

Mis en ligne le par Delalande

Je modère les propos de mon précédent avis, venant de découvrir à l'instant que vous mettiez à disposition les études de trafic sur le site de la concertation publique en complément du dossier de concertation (un renvoi depuis le dossier de concertation vers ces études aurait été utile). Je pense que la synthèse des études de trafic apporte des premiers éléments de réponse à mes interrogations sur les niveaux de trafic sur les autres axes autour, même si je pense que ces études mériteront effectivement d'être poussées sur des secteurs comme le raccordement à l'A709 ou autour de Sablasou, par la suite. Par contre, je ne partage pas la conclusion de ces études sur le choix de la vitesse de référence 90 km/h contre 70 km/h, car cela doit s'apprécier au travers d'une analyse élargie d'autres critères (site, urbanisation, coût des travaux) et pas uniquement le critère du trafic.

Mis en ligne le par Delalande

Bonjour,
Mon avis porte principalement sur 2 aspects du projet et de la présentation qui en est faite.

1 – Sur l’opportunité de réaliser la DEM et ses incidences sur le réseau routier alentours
Intuitivement, il me semble évident, comme à grand nombre d’usagers, que la DEM aura un effet globalement bénéfique sur le reste du réseau routier de l’Est montpelliérain et je ne remets pas en cause l’opportunité du projet. Il est d’ailleurs écrit en page 17 du dossier que « Les projections de trafic montrent une forte attractivité de la DEM avec 32 450 véhicules/jour en trafic moyen journalier et un impact positif sur le réseau urbain de la ville de Montpellier destiné à supporter le trafic d’échanges, en particulier aux heures de pointe. » Ces chiffres sont d’ailleurs rappelés en page 41. Cependant, à aucun moment, le département ne nous apporte des éléments concrets concernant les autres voies : par exemple, quels trafics seront attendus à terme sur la RD613 entre Castelnau le Lez et Vendargues ? Quelles incidences sur le diffuseur de Montpellier Est sur l’A709 ? Sur celui de Baillargues ? Et aussi, sur le réseau local aux points de jonction avec la DEM. Alors que la justification de la DEM repose sur la volonté de soulager une part du réseau routier du trafic de transit urbain, le dossier de concertation n’apporte pas de réponse franche sur la question et ne permet pas de juger de l’efficacité du projet. Cela semble d’autant plus dommage, qu’il est important d’apprécier au plus vite les incidences sur les points de raccordement (échangeurs dénivelés) pour s’assurer que l’on ne risque pas par exemple d’asphyxier le quartier Aube Rouge/Sablasou en modifiant les conditions d’arrivée du trafic dans l’agglomération de Montpellier.
La réalisation d’une modélisation du trafic à l’échelle macroscopique semble indispensable et j’espère que le département de l’Hérault pourra en présenter les conclusions lors du bilan de la concertation publique, et aussi dans le futur dossier d’enquête publique.

2 – Sur le référentiel technique adopté
Je suis très étonné par le choix du référentiel technique adopté par le département. En effet, celui-ci a adopté le VSA 90. Pour plusieurs raisons, ce choix s’avère bien moins pertinent que l’AU70 (artère urbaine à 70 km/h).
Tout d’abord, l’AU70 est un référentiel couvrant un large panel de voies, dont des axes à 2x2 voies à échanges dénivelés en zone périurbaine, ce qui est le cas ici. Donc, le site et la vocation de support de transit peuvent conduire à adopter tout autant le VSA90 que l’AU70.
Sur les 3,5 à 4 km environ de la DEM (sections 1 et 2), le choix du VSA90 par rapport à l’AU70 permet un gain de temps de parcours inférieur à 45 secondes (en configuration d’un trafic totalement libre, donc en dehors des heures de pointe du matin et du soir où l’on peut s’attendre à un trafic moins fluide et donc, des temps de parcours similaires entre une AU70 et une VSA90). Et surtout, il faut tenir compte du gain de la DEM par rapport aux temps de parcours actuels sur le réseau : en clair, si l’usager peut gagner par exemple 10 minutes de temps de parcours grâce à une AU70, ce ne sont pas les quelques dizaines de seconde supplémentaires offertes par une VSA90 qui seront prépondérantes dans le gain total de temps de parcours par rapport à la situation de référence sans prolongement de la DEM.
L’analyse du site, très complète, montre que celui-ci est particulièrement contraint : activité viticole, hydraulique, milieux naturels, urbanisation… Et d’ailleurs, on constate que les deux tracés proposés (Est et Ouest) ont des incidences non négligeables sur le milieu.
Fort de ce constat, là encore, on peut s’interroger sur l’opportunité de retenir une VSA90, par rapport à une AU70 : ce dernier choix permettrait en particulier d’adopter un tracé en plan et un profil en long moins « généreux » et de limiter les impacts sur le site (emprises, hauteur de remblai en particulier). Donc, sans remettre en cause les fuseaux de passage Ouest et Est, le département pourrait tout à fait faire évoluer son projet d’infrastructure vers une solution AU70 moins impactante.
On constate que les deux variantes de tracé proposées par le département sont très déficitaires en matériaux (un minimum compris entre 120 000 et 140 000 m3 de remblai à aller chercher en dehors du chantier). A une époque où l’on cherche à mobiliser le moins possible les ressources naturelles, et compte-tenu des rotations de poids-lourds qu’engendrerait un tel déficit en matériaux, la recherche d’une solution de tracé moins gourmande en matériaux se justifie encore largement.
Enfin, le choix de l’AU70 serait aussi motivé par la nature du réseau structurant autour de la DEM : en effet, son prolongement vers le nord correspond déjà à de l’AU70. La RD65 l’est aussi, tout comme le Boulevard Philippe Lamour. Et d’ailleurs, dans le guide technique VSA à 70 km/h, le CEREMA a réalisé un schéma de l’agglomération de Montpellier mettant en évidence son réseau AU70 : la DEM serait le prolongement naturel de ce réseau (qui n’évoluera jamais vers de la VSA90, tant les contraintes de passage d’une typologie vers l’autre sont élevées). Je joins ce schéma à mon avis.
J’espère donc que le département de l’Hérault réalisera une analyse comparative poussée entre ces référentiels (gain socio-économique, coût des travaux, impacts sur le milieu, paysage, temps de parcours…) pour retenir in fine celui qui offre le meilleur compromis.

J’ai une remarque sur les cheminements piétons/vélos proposés : pourquoi un cheminement de 5 mètres de large, avec 3 mètres affectés aux cyclistes et 2 mètres aux piétons ? Il me semble qu’une voie verte de 3 mètres remplira tout aussi bien sa fonction, pour une emprise limitée.

J’ai une remarque concernant ce qui est annoncé en page 49, à savoir que « les bandes d’arrêt d’urgence pourront être dimensionnées pour accueillir des transports en commun efficaces ». Il s’agit donc, je pense, de créer des voies réservées aux transports en commun (VRTC). Or, de tels aménagements nécessitent une emprise légèrement supérieure à celle d’une BAU classique, donc doivent être intégrés dès l’origine dans la conception du projet neuf (augmentation des emprises). Mais surtout, de tels aménagements ne sont pertinents et ne trouvent leur utilité que sur des axes congestionnés (si le trafic est fluide, le TC n’a aucune utilité à utiliser sa voie réservée) : donc, je pense que le département doit objectiver la pertinence de ce type d’aménagement dans les études à venir, grâce à une analyse poussée des conditions de trafic prévisible (modélisation).

Mis en ligne le par Anonyme

Tant attendu depuis des dizaines d’années la déviation-Est de Montpellier est une nécessité absolue. Indispensable pour irriguer l’Est de l’agglomération engorgé et en plein devenir aux niveaux économique et résidentiel. La raccorder à l’A709 est une évidence et une autre nécessité.
Où la faire passer ? Il n’y a pas 36 solutions :
- La variante Zéro de la Chambre d’Agriculture, sortie au dernier moment du chapeau comme par magie, porte bien son nom. Zéro ! Plus longue et donc plus chère, elle traverse Grammont en plein milieu, le coupant en deux. Grammont est un espace vert pour cette zone montpelliéraine. Bravo la Chambre d’Agriculture ! C’est la solution type de celui qui dit « je veux bien mais chez les autres, chez le voisin… ».
- les 2 autres solutions sont similaires mais l’une est plus courte et moins chère. Le vignoble de la Méjanelle est impacté comme le sont d’autres dans des régions en fort développement (au moins aussi important qu’à Montpellier) et à la valeur bien supérieure aux vins de la Méjanelle. Je veux parler des coteaux du Var et du vignoble bordelais, des vignobles à la renommée internationale. Dans tous les cas pour la déviation-est, il faut indemniser très correctement les propriétaires et leur permettre d’étendre leur exploitation à côté.
- Ma proposition est bien sûr la variante Est.
Il ne faudrait pas que ces palabres retardent encore le choix et la réalisation de la déviation tant attendue. Ne pas prêter le fer à tous ceux qui ne sont que des freins, des retardateurs, idéologiques ou politiquement intéressés qui se complaisent dans ce marasme. Et dieu sait s’il y en a…

Mis en ligne le par Anonyme

Le fait même d'envisager un tel projet est scandaleux. La seule et unique partie de Montpellier encore plus ou moins submergée par la nature et les coutumes locales sera gâchée, voir même détruite par cette route. Vos arguments en deviennent contradictoires. Ce qui serait censé apporter des conditions de circulations plus faciles et plus viables détruirait en retour cet espace dont la ville a BESOIN. Dans cette ville, la circulation routière est chaotique et prend déjà toute la place, étant une source de suffocation pour tous les habitants. Cette voie ne fera qu'amplifier ce problème. Ce projet néglige entièrement la zone et ses habitants - et ce à un coût monstrueux, qui pourrait être placé dans des moyens de transport plus viables sur le terme. Car je le dis encore, ce projet va à l'encontre de la ville elle-même. Ce qui est aujourd'hui considéré comme une expansion fera dans 10 ans partie d'un problème majeur, et il sera trop tard pour le résoudre. Ceci est un fait. Tout le monde en a conscience. Vous choisissez simplement de l'ignorer. J'ai grandi et vécu dans cette zone et je suis absolument contre la création de cette voie. Mais quitte à choisir, la déviation Est serait la plus viable, et apporterait moins de nuisances aux habitants et peut-être un peu moins de destruction que la déviation Ouest. Merci d'avoir lu et considéré cet avis.